AU PIED DU MUR!

Publié le par Jacques Lessard

Appel aux Amiénoises et aux Amiénois, à la municipalité.  

Il ne sera pas dit qu’on aura laissé détruire, à Amiens des vestiges intacts d’un théâtre gallo-romain de près de deux mille ans, sans réagir.

Les fouilles qui ont eu lieu sur la ZAC Gare-La Vallée , durant quatre mois et demi, ont livré des trésors inespérés de notre patrimoine historique.

Les Amiénoises et les Amiénois l’ont bien compris et se pressent pour les visites avant la fin du chantier de fouille, le 16 mars.

Les contraintes économiques, nous dit-on, empêchent qu’une solution de sauvegarde intégrant le théâtre au futur immeuble soit trouvée. Soit, mais ne manque-t-on pas un peu d’imagination ?

Doit-on laisser ces murs de la cité antique Samarobriva finir sous la pelleteuse et dans une décharge ou un remblai quelconque ?...

Une solution de sauvegarde préservant des solution de reconstitution ultérieure sur le quartier n’est-elle pas envisageable ?

C’est peut-être la dernière opportunité de mise en valeur de ce patrimoine, car rien ne dit que l’on retrouvera le reste du théâtre sur le site du SERNAM.

Rêvons un peu à une reconstitution à partir de ces pierres authentiques, de l’arc du théâtre antique, ses murs en terre banchée, ses gradins en bois, sa couverture en tuiles : quelle belle place publique cela ferait dans le futur quartier de la Vallée, face au FRAC !

M.Chemetov, architecte et urbaniste en chef de la ZAC, pourrait être le maître d’œuvre de cette mise en valeur.

Si les pouvoirs publics ne vont pas jusqu’au bout, c’est aux citoyens de relever le défi !

C’est pourquoi nous lançons un appel à la municipalité d’Amiens pour qu’elle permette aux associations d’archéologie, aux bénévoles de démonter avant leur destruction, une partie de ces murs du théâtre, qu’elle mette à disposition des moyens matériels(camions, outillage…), un lieu de stockage adéquat.

En gardant intacts ces murs, on se laissera le temps de trouver la meilleure solution pour une mise en valeur réussie de ce patrimoine.

Amiens, grande cité deux fois millénaire, pourra ainsi donner à voir son patrimoine, reconstituer son histoire et sa singularité, renforcer son attractivité.

Il reste moins de quinze jours pour éviter un gâchis…

Respectons notre histoire et les hommes qui l’ont faite ! Agissons !

 

 

 Pour réagir, signez ce texte, faites-le signer autour de vous, adressez-le au Maire d’Amiens, au Président d’Amiens Métropole. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le signer, laissez-nous un commentaire.

 

 

 

                                               

Publié dans THEATRE GALLO-ROMAIN

Commenter cet article

alain 21/03/2007 11:02

Les vestiges du théatres ont été rasé !!! ( un seul mur restant ;vu le week end aprés le 16 mars) voici l\\\'oeuvre culturelle de de Robien !
ce que les guerres(  entre autre l\\\'incendie des 2/3 de la ville en 1940) n\\\'ont pas détruit, de Robien lui continu de raser gratis! il y avait aussi un beau garage des années 20 ou 30 style art deco vraiment superbe ( rare pour un parking )  prés de la gare  avec deux rampes d\\\'accés. des vestiges  avaient été decouvert et vite détruits pour y construire un monstrueux gaumont ressemblant à un entrepot non terminé! pourquoi avoir construit ce cinema ici alors qu\\\'il y en a deja 3 en plein centres, avant il y en avait meme 4 avec le pax !
 ,j\\\'ai vu qu\\\'a paris il est possible de concilier vestiges et parking a defaut de mieux: l\\\'enceinte du moyen age et quelques tours ont été préservées en construisant des parkings.l\\\'idéal aurait été de preserver ce superbe site qui n\\\'interesse que quelques passionnés d\\\'archéologie,la dalle en verre par dessus est une trés bonne idée !

lebrun mickael 08/03/2007 12:58

une fois de plus nos dirigeant de droite font feu de tout bois et on toujours 25 ans de retard,en allemagne, on a élevé une construction de 2,5 m au moins pour préserver un site archéologique, au portugal on a imaginé une structure en verre sous le batiment...Même en france on fait des efforts pour la conservation du patrimoine gallo romain, surtout quand il a cette importance, nos élus dedroite, de robien en têtene sont que des béotiens adeptes du profit immédiat pour eux et leurs comparses...

étudiantes à l'université jules verne 07/03/2007 14:06

   Suite à une intervention en amphithéâtre d'un étudiant le mardi 6 mars nous avons pris connaissance de la création d'un parking ( qui sera, une fois de plus, certainement payant !!!!) sur ce site archéologique important.
   Nous trouvons révoltant de faire passer des enjeux dits économiques avant l'Histoire et l'importance de la conservation de notre Patrimoine.
  Ce  sont donc des parkings et des tours inutiles, en béton, que nous allons laisser aux générations futures ?!

Veiovis 02/03/2007 16:10

Bonjour,
je vous fais une copie ci-dessous de la lettre que j'ai adressée il y a quelques jours au courrier picard suite aux articles parus sur les vestiges de la vallée et qui annonçaient que ce site serait détruit pour la construction de parkings et bureaux.
J'estime que c'est un sacrilège, car les vestiges (théatre, nécropole, entrepôts, proposent un bond en arrière de 2000 ans !!! A l'époque, Amiens (Samarobriva) et Reims étaient les plus grandes villes de France (25000 habitants alors que Paris n'en comportait que 5000). ce qui n'est quand même pas rien !!!
De plus il semblerait que la construction du théatre est unique également.
Ce courrier a été adressé également à FR3, M6, le canard enchainé (on peut toujours espérer) et ce n'est qu'une simple lettre de révolte d'une  citoyenne quelconque
"Bonjour,
J’ai découvert (suite à une mutation imposée) le charme d’Amiens et de la Picardie, il y a de cela 2,5 ans. Hors c’est tout à fait par hasard (avec les travaux actuels de la gare et l’impossibilité de faire demi-tour) que je me suis " perdue " du côté des vestiges de la Vallée, juste derrière la gare. J’ai été littéralement éblouie par ce site. Je n’en revenais pas : il n’y avait même pas une petite pancarte qui indiquait ce site incroyable à deux pas de la gare.
Les voyageurs qui viennent à Amiens se plaisent à visiter la cathédrale, les hortillonnages, le cimetière de la Madeleine… bref, tout ce qui les intéresse c’est bien le côté culturel.
Il suffit d’imaginer les voyageurs qui paient (cher) les croisières sur le Nil pour visiter des pierres, temples et vestiges anciens pour comprendre l’engouement des gens pour l’histoire. Même si à leur retour ils ont tout oublié du personnage qui habitait le temple ou, l’âge exact des pierres qu’ils ont photographiées…
Pensez au coût que représente un voyage en Grèce pour visiter des ruines….
Vos articles parus dans le courrier Picard ces derniers jours, m’ont appris que ces vestiges de la Vallée dataient de 2000 ans. Les fouilles ayant mis à jour un théatre de 140 m de diamètre, une nécropole du IVe siècle, des ossements….
Et j’ai donc bondi en lisant que le 5 mars prochain, tout serait DETRUIT pour la construction de bureaux. Ben tiens… ce quartier ne bouchonne pas assez, on va y rajouter des bureaux ! 
Et là, franchement je ne comprends pas  que la ville n’essaie pas d’utiliser un tel patrimoine : elle fait tout pour attirer le voyageur, pour s’ouvrir et se faire connaître au reste du monde, et là, elle va détruire un site magnifique qui en plus, est situé à proximité du centre ville (beaucoup de touristes viennent en train ou abandonnent le véhicule pour découvrir à pied la ville)  !
A Marseille par exemple, à proximité du port et de grands magasins, se trouve un lieu aménagé pour le public : les vestiges ont été conservés et un simple chemin piétonnier (entouré de barrières) permet de visiter (gratuitement !) ce site merveilleux en plein centre ville ! Pourquoi ne pas avoir reproduit cela à Amiens ?
Autre exemple ? Villeneuve d’Ascq (ville qui s’enorgueille d’être " nouvelle ") a su conserver et exploiter ses vestiges (près du lac du Heron). .
Vous répondrez certainement que le moindre coup de pioche à Amiens fait resurgir des vestiges et qu’on ne peut pas tous les garder…. Qu’il y a des vestiges (dont l’entrée est payante) que l’on a conservés (Samara, Saint Acheul)
Mais il faut reconnaître que Amiens n’a rien à voir avec toutes les grandes villes de France, cernées de banlieues : le centre de la ville d’Amiens n’est qu’à 2 km des campagnes (à perte de vue) et donc on peut très facilement étendre la ville autour de celle-ci, y mettre ces fichus bureaux et conserver les vestiges du centre ville.
Imaginez une telle ville : elle serait unique en France !
.Croyez vous que ce sont ces bureaucrates, durant leur temps de travail, qui feront marcher le commerce du centre ville ? Non, avec leur véhicule ils viendront saturer le carrefour de la gare aux heures de pointe ? 
J’imagine donc, que les vestiges découverts à proximité de la cathédrale seront eux aussi détruits… rien que d’y penser, j’en suis malade. Une telle découverte à proximité de LA cathédrale !
Je ne suis que depuis 2,5 ans sur Amiens et n’ai pas encore l’esprit chauvin et ai l’esprit très critique (cette idée de construire un Gaumont en plein centre ville avec parking payant et sans aucune autre structure de loisirs à proximité… ou fermer la maison de Jules Verne l’année du centenaire…).
Je n’aime pas particulièrement l’histoire, mais j’aime voyager et découvrir l’histoire de cette façon là : en visitant des villes nouvelles, des cultures nouvelles et son moindre vestige, sa moindre église, sa moindre ruine de château… c’est tout cela qui m’incite à voyager.
J’estime donc que détruire ces vestiges est une grave erreur, et que Amiens aurait du exploiter cette chance de posséder un tel patrimoine.
Aujourd’hui, je suis réellement déçue, car elle n’a pas compris l’intérêt de conserver ces sites archéologiques.
Amiens, là, tu aurais pu te démarquer des autres grandes villes !
Le 5 mars 2007, malheureusement il sera trop tard et moi, Amiénoise d’adoption, je regrette que cette ville soit finalement si rétrograde : elle innove à tort et ses habitants, aveugles, laissent faire….
V.M."