GOODYEAR – DUNLOP : 500 EMPLOIS EN MOINS ?

Publié le par Jacques Lessard

La fusion des usines GOODYEAR – DUNLOP réalisée en 2004 par la volonté patronale et sans l’accord des syndicats majoritaires dans les deux entreprises, dévoile aujourd’hui son objectif :

  

« la course effrénée des profits au détriment de l’emploi »

« adaptons-nous aux besoins du marché… »

proclamaient les patrons.

Les craintes des salariés et de leurs représentants syndicaux étaient donc bien fondés !

Jamais les directions des deux groupes de pneumatique n’ont affiché leur intention de pérenniser l’emploi et de la développer.

Aujourd’hui, 2 700 salariés sur l’ensemble des deux sites sont embarqués dans une même logique financière de casse de l’emploi.

500 salariés vont voir leurs pneus crevés sur la route de l’emploi.

500 familles vont quitter la route et s’écraser contre le mur de l’argent qui va décider de leur avenir.

Le manque de discernement des politiques patronales qui ont oublié volontairement d’investir depuis plus de 15 ans dans l’innovation industrielle et de production des pneus de grande taille ne doit pas laisser sacrifier 500 emplois sur ces deux sites.

La responsabilité d’une telle situation est bien du ressort des directions qui sont restées sourdes à toutes les raisons évoquées par les syndicats qui ont maintes fois insisté sur le besoin d’investissement en amont pour sauvegarder l’emploi et gagner des nouveaux marchés.

Le constat est brutal et accablant pour les patrons. Leur refus d’anticiper économiquement était uniquement réfléchi pour s’octroyer plus de profits et dégraisser le jour ou la situation deviendrait intenable.

Une nouvelle fois, les logiques financières priment sur celle des salariés.

SCANDALE ET CHANTAGE

Après avoir engrangé des bénéfices, maintenant  on vous dit : « nous allons investir 52 millions d’euros sur 4 ans, mais il va falloir nous aider… «, aider les patrons en les laissant licencier, c’est inadmissible !

Plus que jamais, il faut exiger plus de démocratie à l’entreprise, et pour cela, il faut en finir avec la dictature des marchés. Il faut des droits d’intervention et de décision des salariés et de leurs organisations dans la gestion des entreprises.

Les élus communistes à la Mairie d’Amiens, interpellent le  Président d’Amiens Métropole et Ministre en exercice, le Préfet, pour que l’entreprise et les actionnaires soient placés devant leurs responsabilités vis à vis des salariés et de la collectivité.

Publié dans COMMUNIQUES

Commenter cet article