RENE LAMPS

Publié le par Jacques Lessard

UN MAIRE RASSEMBLEUR

ET UNE GRANDE FIGURE POLITIQUE

Le groupe des élus municipaux communistes et républicains d’Amiens perd avec René Lamps un aîné charismatique, un modèle politique, un ami fidèle.

Le parcours personnel et politique de René Lamps force le respect de tous.

Instituteur, résistant, responsable du PCF, député d’Amiens pendant près de trente ans, maire d’Amiens durant trois mandats de 1971 à 1989, il aura marqué les Amiénois par son action, sa simplicité souriante, sa disponibilité, son goût de l’être plutôt que du paraître.

A son arrivée à la tête de la municipalité d’union de gauche en 1971, Amiens sort tout juste de la reconstruction et ressemble encore à une ville sinistrée où tout est à faire.

En dix-huit ans, une quarantaine d’écoles et d’établissements scolaires sont créés dans tous les quartiers, une trentaine de centres de loisirs, les premières crèches, treize gymnases, une vingtaine de terrains de sports sont réalisés, l’assainissement quasi inexistant en 1971 est installé sur toute la ville.

Des milliers de logements sortent de terre ou sont réhabilités dans les quartiers sud-est, St. Leu, Marivaux, La Vallée des Vignes, La Vallée St. Ladre , et permettront à Amiens de passer de 125 000 habitants en 1968 à 135 000 habitants en 1989.

La ville est peu à peu remise à niveau et acquiert le statut de capitale régionale.

La démocratie locale prend un essor remarquable avec l’information de la population, son association à la réalisation des projets, les visites du maire et des élus dans les quartiers, la création des premiers comités de quartier, des mairies annexes, les commissions extra-municipales, autant d’innovations qui seront reprises par d’autres plus tard.

La création d’espaces verts, le sauvetage des Hortillonnages menacés par une pénétrante, la création de l’usine de méthanisation des déchets ménagers Valorga marquent déjà les préoccupations écologiques de la municipalité de gauche.

L’action culturelle foisonne de réalisations et d’initiatives visant à démocratiser la culture : actions pour la lecture, le théâtre (création de la Maison du Théâtre), le cinéma (création du Festival du Film d’Amiens), la musique (Festival de Jazz), création du service archéologique municipal, lancement de la Fête dans la Ville.

La ville se transforme et s’équipe : Centre Commercial des Deux Gares, Le Palais des Expositions  (Mégacité), la rocade Nord Est et le viaduc Jules Verne.

Cette fonction de maire qu’il a préférée entre toutes, il l’a exercée dans la proximité avec les Amiénois, à leur écoute, en partageant les responsabilités avec l’équipe municipale, en rassemblant toute la gauche et bien au-delà.

Ce message d’union, de tolérance, d’amour de sa ville qu’il incarnait, il nous revient de continuer à le faire vivre, simplement, à sa manière.

A Julia, à Jacqueline et Gérard, ses enfants, à ses petits enfants, nous adressons nos condoléances et les assurons de notre amitié.

Publié dans COMMUNIQUES

Commenter cet article

mémoire 19/06/2007 13:24

grand et honnêtre homme politique... nous sommes fiers de vous avoir eu à nos côtés pendant de longues années... nous ne vous oublierons pas - sincères condoléances à vos très proches -

Xav 02/06/2007 20:16

Salut à toi camarade!J'apprécie beaucoup ton site et je te propose d'échanger nos liens:http://pcfarras.over-blog.comFraternellementXavier, militant PCF Arras.